Réaliser des implants capillaires : différentes méthodes et atouts !

0
1209

Plusieurs raisons expliquent la chute des cheveux qui s’observe chez une partie de la population mondiale. Ce phénomène qui apparaît aussi bien chez les hommes que chez les femmes peut être naturel ou accidentel. Dans tous les cas, le recours à la greffe des cheveux constitue une solution appropriée pour se tirer d’affaire. Cet article retrace les différentes techniques d’implants capillaires et leurs avantages.

L’implant capillaire : À qui est-il destiné ?

L’implant capillaire consiste d’abord à prélever les cheveux du patient atteint de calvitie et à les transplanter ensuite sur les parties dégarnies du cuir chevelu. Cette pratique convient à tout individu montrant les signes d’une calvitie androgénétique. Il s’agit d’une alopécie héréditaire occasionnée par l’effet de deux enzymes : la 5 alpha réductase et l’aromatase. En effet, c’est la combinaison de ces deux éléments qui freine le rythme de renouvellement des cheveux.

Il existe plusieurs méthodes pour réaliser les implants capillaires.

Les techniques d’implants capillaires et leurs caractéristiques

La greffe des cheveux s’effectue de différentes manières. Chaque méthode comporte des avantages et des inconvénients. Quelle que soit la technique choisie, il est généralement recommandé de prendre par des professionnels.

Follicular Unit Transplantation (FUT)

Cette méthode appelée technique de la « bandelette » se réalise en prélevant une bande de cuir chevelu dans une surface bien couverte. La bandelette prélevée est ensuite découpée en plusieurs unités folliculaires. Lesquelles sont ensuite greffées sur la partie cible en procédant par incision.

Cette méthode de greffe des cheveux est pratiquée depuis 1970 (la plus ancienne). Toutefois, le résultat après le traitement est mitigé. Les outils tranchants utilisés fragilisent plus que jamais le cuir chevelu et laissent d’importantes cicatrices. Par ailleurs, la repousse n’est pas assez dense, avec à la clé, un effet « cheveux de poupée » que redoutent les patients.

Follicular Unit Extraction (FUE)

La principale nuance entre cette méthode et la précédente réside dans le prélèvement. Ici, il ne s’agit pas d’une bandelette, mais plutôt de follicules pileux. Par contre, la réimplantation suit le même process, avec incision sur la zone dégarnie pour l’implantation des greffons de cheveux.

Il ne s’agit pas d’une méthode statique. Les outils utilisés pour extraire les follicules capillaires ont des diamètres qui varient. Par ailleurs, ces outils n’offrent pas assez de précision aussi bien à l’extraction qu’à la réimplantation.

Implantation Folliculaire Automatisée (IFA)

Ici, c’est un robot qui se charge du prélèvement des greffons à partir d’une surface garnie. Voilà ce qui fait la différence entre cette méthode et la FUT ou la FUE. Pour le reste, c’est la même technique d’implantation par incision sur la partie de la tête à pourvoir.

Ce n’est certainement pas la méthode à prioriser si vous recherchez la finesse et la délicatesse dans le résultat. La technique reste approximative avec des greffons fragilisés et plusieurs petites cicatrices sur la tête. La repousse reste mitigée et peu satisfaisante.

Direct Hair Implantation (DHI)

La technique DHI, tout comme la méthode FUE, priorise l’extraction des greffons. Seulement, à la différence de toutes les techniques jusque-là citées, celle-ci préconise une procédure entièrement manuelle. Du prélèvement des follicules capillaires à leur réimplantation, tout se fait à la main par des professionnels.

Cette technique se pratique à l’aide d’un injecteur de cheveux DHI. Ce qui permet à l’expert de faire preuve de précision, sans incision et surtout, sans cicatrice. L’angle, l’orientation et la profondeur des cheveux greffés restent tout à fait sous contrôle.

Le patient obtient au final des cheveux denses et naturels. Ce qui n’est pas toujours le cas avec les autres techniques d’implantation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here