4 points pour préparer convenablement un divorce

0
167

Indifféremment de la qualité qui prévaut entre les partenaires ou des circonstances relatives, le divorce reste toujours une procédure délicate et marquante. Et si avec les meilleures dispositions du monde, il reste possible pour les deux époux de traverser cette étape sans trop de dégâts sur les plans émotionnels ou financiers, cela ne peut se faire sans un minimum de préparation. Voici des conseils et astuces pour vivre ce changement important en vous préservant au mieux.

Privilégier le consentement mutuel

Il est évident qu’un divorce reste naturellement associé à des déchirements et par défaut à un contexte de mésentente. Cependant, lorsque cela est possible, il peut être particulièrement judicieux de lancer la procédure d’un divorce par consentement mutuel. Les deux parties engagent alors le dialogue dans l’objectif de mener vers des consensus qui arrangent au mieux chacun.

Les détails relatifs à la pension alimentaire, au partage des biens ou encore aux prestations compensatoires diverses : chaque aspect fait alors objet de discussions profondes, à condition que les époux soient ouverts aux échanges. Le problème majeur reste en effet le refus ou la réticence à communiquer clairement dans la plupart des divorces. En revanche, pouvoir fixer clairement les désirs de chaque partie reste un grand pas vers un accord négocié et plus simple à accepter le plus souvent.

Pouvoir séparer la vie privée de la sphère professionnelle

Un conseil des plus utiles lorsque l’on se lance dans une procédure de séparation est de pouvoir faire la part des choses et de ne pas laisser la sphère professionnelle être affectée. Il ne s’agit pas ici du manque de motivation éventuel que l’on peut ressentir de manière tout à fait compréhensible pendant un divorce. La question est simplement d’éviter de mêler les collègues au bureau à cet évènement pendant que la procédure reste en cours. Cette discrétion reste la décision la plus sage pour éviter de se compliquer le quotidien avec des jugements ou des observations déplacées. La famille et les amis proches seront d’un soutien évident, mais ce n’est pas forcément le cas des relations dans le cadre professionnel.

Demander l’avis des enfants

Si l’on souhaite protéger les enfants pendant un divorce, cela ne doit pas signifier les tenir à distance. La meilleure approche reste de tenir compte de leur volonté et de prendre leur avis sur la question. Leur volonté et leurs sentiments doivent faire les objets de discussion profonde pour les aider à gérer au mieux la transition. La garde partagée reste en général le meilleur compromis. En cas de garde exclusive, les deux parents doivent garder à l’esprit que leur autorité parentale, et l’éducation des enfants restent des questions les concernant tous les deux.

Dans l’idéal, conserver le logement familial reste la solution la plus confortable pour les enfants. Opter pour une attribution préférentielle de l’habitation concernée peut ainsi donner lieu au versement d’une contrepartie par le parent concerné à l’autre partie.

Se préparer à l’après-divorce

Les répercussions fiscales du divorce, les détails de la vie à organiser seul après la séparation : ces aspects doivent faire l’objet d’une étude détaillée. Il est en effet relativement compliqué de revenir sur des points une fois que la convention du divorce est déposée. Les époux doivent donc bien s’entendre sur les conséquences du divorce, notamment sur les questions comme le partage des biens, la garde des enfants (même pendant les vacances).